Premier retour sondage EVA

Le club vous a envoyé à tous un petit sondage.
Nous avons commencé à le dépouiller partiellement, voici donc une première réponse concernant les murs de Lafaille et de TSF, et le niveau des voies, réponse faite par Clément Genton, moniteur au club et responsable ouverture au gymnase Lafaille.

Au vu des réponses il apparaît que quelques personnes trouvent le mur de Lafaille trop dur et trop élitiste. Je souhaite remettre les choses dans leur contexte.

Le mur de lafaille est partagé entre : les scolaires, le club, l'option escalade de la Nat et le pôle France. Le club en a la gestion, ça ne veut pas dire qu'il fait ce qu'il veut avec. Voici donc les contraintes lors des ouvertures :
- 12 voies pour le pôle France, ouvertes par des ouvreurs nationaux entre 8a et 8c
- Des voies très faciles pour les scolaires, au nombre de 10, cotations comprises entre 4a et 5a
- Le reste des voies corespondent au paysage des grimpeurs utilisant le mur.

Et justement parlons-en de ce paysage : il s'étale du 5a au 8a, avec deux pôles de grimpeurs gravitant autour de deux cotations : le 6a et 6c
En chiffres, ça donne :

- Quand on grimpe aux alentours de 6a, le mur de Lafaille vous propose 26 voies.
- Quand on grimpe aux alentours du 6c, le mur de Lafaille vous propose 28 voies.

Donc une majorité de voies entre le 5b et le 7a, cinquante voies pour être exact.
Il est important de savoir que le mur de Lafaille peut contenir au maximum 80 voies, que dans les parties déversantes il est impossible d'ouvrir du 6a, même avec des bacs. Les cotations de Lafaille ne sont pas indexées sur les cotations d'Espace Vertical, elles équivalent à des cotations de type falaise (Espace Comboire, Presles, Les lames...).

En résumé la majorité des grimpeurs du club se situe entre 6a et 7a.
Les 6a sont forcément sur les côtés, car impossible à ouvrir dans le centre du mur. Cependant la gestuelle des 6b situés sur les parties déversantes s'apparentent plus à une gestuelle de 6a, la cotation s'expliquant par l'inclinaison du mur.

A cette heure le mur est équilibré, propice à la progression, il n'y a pas trop de voies dures ou pas assez de voies faciles, il faut bien comprendre qu'il en faut pour tout le monde. On ne peut pas agrandir le mur, on ne peut pas renouveler les voies comme à l'Espace Vertical (évaluation des professeurs, créneaux d'ouverture...).
En revanche on peut éduquer les grimpeurs à voir un peu plus loin que leur propre intérêt, on peut les inviter à se dépasser dans des voies un peu plus dures que leur niveau max, et ainsi leur permettre de progresser.
Pour information les voies dures sont ouvertes avec 50% de prises données par le pôle France.
Pour finir avec l'ouverture de Lafaille, je finirais par une citation intéressante :

Il n' y a pas de voie trop dure, il n'y a pas de bouse, il y a juste des grimpeurs plus ou moins bons !! John Gill

Concernant l'ouverture en bloc :
Je suis d'accord pour dire que la salle de Lafaille est mal exploitée, de par sa conception elle est peu attrayante. Des efforts sont faits cette année pour essayer de dynamiser cette structure, nous en reparlerons dans un futur article.
Concernant la salle de bloc de TSF, l'ouverture y est compliquée car elle est gérée par le pôle France et on peut pas faire n'importe quoi en raison des besoins du pôle. Les prises disponibles pour ouvrir sur ce mur sont toutes techniques, par conséquent il ne pourra jamais y avoir d'ouverture en dessous de 6a bloc.
Sébastien est actuellement en discussion avec le directeur de TSF pour mieux organiser l'ouverture, et éviter les périodes où il n'y aurait que des blocs trop durs.
Deuxième citation :

Il n'y a pas de problème de taille, que des problèmes de force !! Didier Raboutou